AUJOURD'HUI
74
SEMAINE DERNIERE
2177
PAGES VUES
299408
TOTAL VISITES
294437

La détaxation de certains produits alimentaires importés commence à produire des fruits

Ngozi, 14 mars 2017 : Les prix de certains produits alimentaires ont chuté depuis bientôt deux semaines. Les commerçants et les acheteurs s’accordent à dire que la situation s’est améliorée et qu’il y a lieu d’espérer.

"C’est vraiment un ouf de soulagement pour les ménages car les prix sont en train de chuter", a confié Mme Réhema Ndayisenga, une maman rencontrée au marché central de Ngozi en train d’acheter du riz, ajoutant que la montée vertigineuse observée en décembre et janvier derniers avait traumatisé plus d’un. "Que le Tout Puissant continue à bénir le Burundi pour que les denrées alimentaires reviennent sur les prix de l’été dernier", a-t-elle souhaité.

Jean Marie Nduwayo, un importateur des denrées alimentaires opérant au marché central de Ngozi abonde dans le même sens : "Nous espérons que l’offre des produits vivriers restera sur cette lancée. On a facilité les importations des denrées alimentaires. Si l’Etat continue à détaxer ces produits, les prix devront certainement chuter, étant donné que le Burundi importe énormément de vivres".

Même si la baisse n’est pas très sensible, les produits ont en moyenne chuté de 20 % si on se réfère aux prix de décembre dernier. C’est le cas de l’huile de coton qui s’achète actuellement à 22000 FBu le bidon de 5 litres alors qu’il était à 25000 FBu. Le riz tanzanien a chuté de 500 FBu, et le riz local de 400 FBu le kilo. Le haricot ordinaire baisse timidement de 200 FBu le kilo, tandis que la farine de manioc revient à 1000 FBu, soit une baisse de 7500 FBu pour un sac de 25 kilos.

Les prix continuent cependant à grimper sur certaines denrées produites localement et qui ne sont pas importées car, indique-t-on, celles-là ne bénéficient pas de la détaxation. C’est le cas de la pomme de terre, la colocase, la banane et la patate douce.

La chute des prix constitue une heureuse conséquence de la dernière décision portant révision de la loi numéro 1/02 du 17 février 2009 instituant la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour mettre les denrées alimentaires à la bourse de la population. Il s’agit des mesures fiscales et douanières visant la détaxation de certains produits alimentaires importés. Des inquiétudes restent pourtant perceptibles chez certains consommateurs qui craignent des spéculations.

Diane Manirakiza trouve que l’intervention dans la fixation des prix n’est pas possible du moment que l’administration ne connait pas les prix d’achat des produits à l’importation. Elle précise cependant que l’administration aidera pour sensibiliser les commerçants afin d’éviter des spéculations sur les prix des denrées alimentaires.

abp

Retour
Discours: President et autres

Discours de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent du Burundi auprès des Nations Unies à l’occasion de la réunion du Conseil de Sécurité sur la situation au Burundi,

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves