AUJOURD'HUI
11
SEMAINE DERNIERE
2898
PAGES VUES
289239
TOTAL VISITES
280750

Célébration de la Journée internationale du cœur

Bujumbura 2 oct 2017 : La Société burundaise de cardiologie (SBC) a procédé samedi le 30 sept 2017 à Bujumbura, à la célébration de la Journée internationale du cœur, sous le thème : "Renforçons la santé de notre cœur par de petits changements de vie comme une alimentation saine, l’abandon du tabac, exercices physiques et partageons cette information avec tout le monde. "Les cérémonies ont été débutées par une marche au bout de laquelle des dépistages volontaires des personnes présentes, ont été faites pour l’hypertension et le diabète.

Le Dr Marc Nimburanira qui est directeur général de l’hôpital militaire de Kamenge et président de la SBC a fait savoir que les maladies cardiovasculaires constituent la 1ère cause de mortalité dans le monde et que l’Afrique et le Burundi en particulier
sont en train de subir une transition épidémiologique. Pour cette raison, le monde
doit conjuguer des efforts pour pouvoir lutter contre ces maladies en passant par la prévention. Il a signalé que pour faire la prévention, il faut connaitre les facteurs de risque cardio-vasculaires qui sont de deux groupes, à savoir les facteurs de risques non modifiables qui sont : le sexe et les hommes qui, jusqu’à 55 ans sont plus à risque par rapport aux femmes adultes (jusqu’à 65 ans). Pour les femmes qui ont atteint la ménopause, la courbe s’inverse, car les femmes sont plus à risque par rapport aux hommes.

En effet, ce sont des facteurs à risque où il n’y a pas l’intervention de l’homme. Le deuxième groupe est composé des facteurs de risques modifiables où le monde doit conjuguer des efforts pour pouvoir les contrôler. Il s’agit de la sédentarité, de l’alimentation riche en graisses et sucreries, le stress et le tabagisme qui entrainent une émergence de plusieurs maladies chroniques et spécialement les maladies cardio-vasculaires et l’hypertension.

Dr Nimburanira a profité de cette occasion pour lancer un appel à tout le monde, les
professionnels de santé, l’administration et autres pour que des efforts soient conjugués pour pouvoir contrôler ces facteurs à risques modifiables. Pour y arriver, il faut un comportement et des habitudes alimentaires saines, c’est-à-dire avoir une alimentation qui contient des légumes et des fruits, faire une activité physique et régulière et éviter le tabagisme.

De son côté, Dr Innocent Nkurunziza, directeur chargé des programmes des maladies
chroniques non transmissibles au ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida a exprimé ses remerciements envers la SBC qui est une association des cardiologues du Burundi, pour sa bonne collaboration avec ledit ministère pour la sensibilisation à la lutte contre les maladies cardiovasculaires, avant d’inviter la population burundaise à suivre les conseils de ces cardiologues, à savoir faire du sport, manger moins de sel et d’huile dans les aliments, manger les légumes et fruits et consommer l’alcool d’une façon modérée.

abp

Retour
Discours: President et autres

Déclaration de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent de la République du Burundi après des Nations Unies devant la 3ème Commission de l’AG de l’ONU lors du débat général sur le point 68 de l’ordre du jour : « promotion et protection des droits de l’enfant »,

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves