AUJOURD'HUI
156
SEMAINE DERNIERE
2310
PAGES VUES
305849
TOTAL VISITES
302691

Célébration de la journée internationale de la fille, édition 2017

BUJUMBURA, 12 oct 2017 : L’ONG Care international au Burundi, en collaboration avec l’Association pour la promotion de la fille burundaise (APFB) et le gouvernement, a organisé mercredi le 11 octobre 2017, à Bujumbura, un café de presse, à l’occasion de la célébration de la journée internationale, édition 2017, sous le thème "Le pouvoir de la fille adolescente : vision 2030".

Mme Anatalie Miburo, la directrice générale des Sports et de la Culture au ministère ayant la Jeunesse dans ses attributions, a rappelé qu’autrefois, la jeune fille burundaise n’était pas considérée. Elle s’occupait des travaux ménagers, était mal traitée par ses frères et ses parents, et n’avait même pas à dire dans la vie active du pays.

Actuellement, les filles burundaises vont à l’école, acquièrent des connaissances au même titre que les garçons, participent dans des associations et font sortir leurs idées, a-t-elle souligné, ajoutant qu’elles reçoivent de l’emploi et participent dans la vie active du pays parce qu’elles sont capables.

Le directeur de Care international, M. Laurent Uwumuremyi, a fait savoir que son association met au centre de ses interventions les femmes et les filles vulnérables. A travers ses multiples initiatives visant les filles, elles bénéficient d’un renforcement des capacités et compétences en éducation financière, d’un appui et d’une orientation en vue de la connexion des groupements de solidarité aux banques ou aux institutions de micro finances. Il a également souligné que les filles prennent part aux activités qui leur permettent de jouir de leur vie sexuelle et reproductive, tout comme elles ont été formées sur leurs droits et devoirs sous la lumière des textes et lois burundais.

M. Uwumuremyi a précisé que les projets ciblant particulièrement les filles sont, entre autres, le programme conjoint, un programme d’amélioration de la santé reproductive, le Power Africa et GEWEP qui sont des programmes d’autonomisation, l’EVC qui est un programme de gouvernance visant la participation politique des femmes et filles. A travers la célébration de la journée internationale dédiée aux filles, le Care international voulait faire entendre les voix des filles burundaises, en permettant une discussion profonde sur les solutions possibles et les responsabilités de tous dans ce processus d’autorisation de la fille au Burundi. Les filles sont le Burundi d’aujourd’hui et de demain, et les piliers des ménages. Elles bénéficient des opportunités économiques, participent dans des décisions politiques, et ont le pouvoir de changer le Burundi.

La représentante de l’APFB, Mlle Estella Ndihokubwayo, a énuméré certains défis auxquels il faut faire face, notamment les barrières de coutumes et de mœurs burundais qui bloquent les filles à exercer leur business en temps et lieu planifiés. Le fait qu’elles ne sont pas représentées dans les instances de prise de décision alors qu’elles représentent une grande partie de la jeunesse est un autre défi, en plus de l’insuffisance des capitaux par manque d’accès à l’hypothèque à présenter en banques ou institutions de microfinance. Le fait que les filles n’héritent est à revoir par le gouvernement burundais parce que, selon Mlle Ndihokubwayo, c’est un obstacle pour le développement de la fille burundaise.

abp

Retour
Discours: President et autres

DISCOURS/JOURNEE DU CONTRIBUABLE 2017

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves