AUJOURD'HUI
156
SEMAINE DERNIERE
2310
PAGES VUES
305849
TOTAL VISITES
302691

Le MRECI a déjà reçu une invitation pour participer à une prochaine session du dialogue inter burundais prévu à Arusha

BUJUMBURA, 22 nov (ABP) – Le ministère des Relations extérieures et de la Coopération internationale (MRECI) a déjà reçu une invitation pour participer à une prochaine session du dialogue politique inter burundais prévue à Arusha (nord de la Tanzanie) du 26 novembre au 8 décembre prochain, a annoncé mardi le 21 novembre 2017, à l’Agence burundaise de Presse (ABP), Dr Jean de Dieu Ndikumana, secrétaire permanent au MRECI.

Depuis janvier 2016, ce dialogue, placé sous l’égide de la CEA (Kenya, Tanzanie, Ouganda, Burundi, Rwanda et Soudan du Sud), est conjointement facilité par l’ancien président tanzanien Benjamin William Mkapa (médiateur adjoint) et le chef d’Etat ougandais Yoweri Kaguta Museveni (médiateur en chef). La précédente session de ce dialogue s’est déroulée dans la même ville tanzanienne du 16 au 18 février dernier, au terme de laquelle le médiateur Mkapa a annoncé qu’il allait présenter au 18ème sommet ordinaire des pays membres de la CEA organisé le 20 mai 2017 à Dar-Es-Salaam un rapport de ce qu’il a qualifié "d’éléments qui font obstruction" à ce processus de paix inter burundais.

De son côté, le président de l’Union pour le progrès national (UPRONA), M. Abel Gashatsi, dont la formation politique participe dans les hautes institutions gouvernementales burundaises par le biais du 1er vice-président de la République du Burundi Gaston Sindimwo, a déclaré que son parti répondra à l’invitation lui adressée pour cette prochaine session du dialogue. Selon M. Gashatsi, la lettre d’invitation n’a pas mentionné les points inscrits à l’ordre du jour de cette session.

A la question de savoir si, au regard de l’invitation, cette session est la dernière avant le rapatriement de ce dialogue au Burundi, M. Gashatsi a indiqué que l’important pour l’UPRONA est que ce dialogue chemine vers sa fin afin que les Burundais puissent se préparer aux échéances politiques futures.

"Toutefois, en ce qui concerne le rapatriement de ce dialogue au Burundi, cela dépendra de la façon dont ce dialogue va se dérouler à Arusha car, si les conclusions aboutissent à ce qu’on clôture le dialogue, ce sera dans l’esprit du souhait de l’UPRONA. Mais s’il s’avère nécessaire que le dialogue continue, ma formation politique n’y voit aucun inconvénient. Parce qu’en définitive, ce qui compte le plus pour l’UPRONA, ce sont les conclusions qui sortiront de ce dialogue et que nous terminions cette première phase afin d’entamer la seconde phase allant dans le sens de tracer une feuille de route qui va mener les Burundais vers les prochaines élections burundaises projetées en 2020", a-t-il expliqué.

Pour sa part, le vice-président du Front pour la démocratie au Burundi (FRODEBU), M. Léonce Ngendakumana, a également indiqué que sa formation politique a déjà reçu une invitation à cette prochaine session du dialogue politique extérieur inter burundais d’Arusha. Selon lui, cette session se focalisera sur quatre groupes de questions pour lesquelles toutes les parties prenantes se sont déjà mises d’accord au cours de la précédente session du 16 au 18 février 2017.

Le premier groupe, a-t-il révélé, traitera des questions d’ordre politique, focalisées notamment sur les dispositions de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi (AAPRB) du 28 août 2000 et la Constitution du 18 mars 2005, les questions en rapport avec les droits fondamentaux de la personne humaine, les questions en rapport avec la justice pour tous, ainsi que les questions en rapport avec l’unité et la cohésion du peuple burundais.

Le deuxième groupe se penchera sur des questions électorales, a-t-il poursuivi, en précisant qu’on reviendra sur la Constitution, sur l’AAPRB, sur la loi électorale, sur la Commission électorale nationale indépendante (CENI), ainsi que sur la mise en place d’un "environnement propice à la préparation et à l’organisation des élections crédibles pouvant garantir la sécurité à tous les citoyens burundais".

rt avec la paix et la sécurité, tandis que le quatrième groupe et dernier se penchera sur des questions en rapport avec des questions économiques et humanitaires. Il a affirmé aussi que cet agenda a été présenté au 18ème sommet des chefs d’Etat de la CEA du 20 mai dernier à Dar-Es-Salaam, à l’issue duquel le médiateur Mkapa a obtenu le mandat pour poursuivre la facilitation de ce dialogue inter burundais d’Arusha jusqu’à ses conclusions.

abp

Retour
Discours: President et autres

DISCOURS/JOURNEE DU CONTRIBUABLE 2017

Burunndi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves