AUJOURD'HUI
559
SEMAINE DERNIERE
5108
PAGES VUES
348658
TOTAL VISITES
332796

Les habitants de la mairie de Bujumbura manifestent contre le rapport d’Antonio Guteres

BUJUMBURA, 10 fév 2018 : Les habitants de la ville de Bujumbura ont manifesté samedi pour s’inscrire en faux contre le rapport présenté au Conseil de sécurité des Nations Unies par Antonio Guteres.

Répondant à l’appel du maire de la ville, les manifestants portaient des pancartes dénonçant un « rapport mensonger » du Secrétaire général des Nations Unies.

Des cadres du gouvernement, des conducteurs de motos-taxis, vélos-taxis et d’autres citoyens ont pris part à la manifestation. Selon, le Conseiller principal du maire, Ramadhan Nkurikiye, « ce faux rapport » a été préparé par un petit groupe de gens bien connus qui veulent distraire les Burundais actuellement occupés à préparer le référendum constitutionnel.

Il a ainsi appelé les habitants de la ville à ne pas se laisser distraire par ce rapport. Il les a plutôt invités à aller se faire enrôler dans les brefs délais. Ce qui leur permettra de laisser la place aux réfugiés déjà inscrits sur les listes du rapatriement volontaire.

En vous enrôlant durant les premiers jours, dira-t-il, vous aurez aussi l’occasion d’aller mobiliser vos voisins à l’enrôlement.

Parmi les « mensonges » du rapport décriés par les manifestants, on peut citer entre autres, un point dudit rapport selon lequel plus de deux ans et demi après le déclenchement de la crise de 2015 au Burundi, la situation politique « demeure tendue ». M. Térence Ntahiraja, assistant du ministre de l’Intérieur qui selon lui, était venu s’assurer que la manifestation se déroule dans les règles, a réagi contre cette déclaration. Il a indiqué que le pays est calme et que la paix règne sur toutes les 3000 collines.

Le rapport mentionne aussi que la recherche par le gouvernement d’une révision de la Constitution exacerbe les tensions avec l’opposition. « Entravés par la méfiance qui règne entre le Gouvernement et l’opposition, ajoutant que les efforts faits au niveau régional pour réunir les parties au conflit n’ont rien donné pour le moment », continue le rapport.

Au lieu de chercher un terrain d’entente, les parties continuent de se quereller au sujet du processus de dialogue. M. Ntahiraja a balayé cette déclaration d’un revers de la main. Selon lui, tous les 32 partis politiques régulièrement inscrits au Burundi sont sur terrain pour mobiliser leurs militants à s’inscrire pour voter le moment venu, pour ou contre le référendum.

Un autre point de discorde concerne le dialogue interburundais mené sous les auspices de la Communauté d’Afrique de l’Est. Selon le rapport, ce dialogue n’a pas progressé de façon notable et de la 4ème session tenue à Arusha du 27 novembre au 8 décembre 2017, le facilitateur n’a pas réussi à amener les parties à engager un dialogue véritable et direct qui leur aurait permis de parvenir à un accord ou de publier une déclaration.

Sur ce point, l’assistant du ministre de l’Intérieur estime que le dialogue a été concluant dans la mesure où la divergence ne concernait que deux points à savoir la mise en place d’un gouvernement de transition et l’amnistie des « putchistes » jugés inacceptables par le gouvernement.

Les manifestants ont demandé aux pays amis de l’Union Africaine, de l’Amérique latine, à la Chine et à la Russie, qui ont toujours soutenu le Burundi de rester vigilent pour qu’aucune résolution ne soit prise contre le Burundi, lors de la prochaine réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies qui se tiendra le 26 février prochain.

abp

Retour
Discours: President et autres

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE MINISTRE DES POSTES, DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION, DE LA COMMUNICATION ET DES MEDIAS A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DES TRAVAUX DU FORUM DES RADIOS SUR LA STRATEGIE DE SORTIE DU PROJET : « RENFORCER LES CAPACITES DES RADIOS LOCALES PAR LE BIAIS DES TIC »

Burundi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves