AUJOURD'HUI
103
SEMAINE DERNIERE
2414
PAGES VUES
446357
TOTAL VISITES
479646

Discours du Ministre Evelyne Butoyi en charge de la jeunesse, des Postes et des Technologies de l’Information

DISCOURS DE SON EXCELLENCE LA MINISTRE DE LA JEUNESSE, DES POSTES ET DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION A L’OCCASION DE L’OUVERTURE D’UN ATELIER DE VULGARISATION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE LA JEUNESSE A L’ENDROIT DES PRESIDENTS DES CONSEILS COMMUNAUX, DES ADMINISTRATEURS COMMUNAUX ET DES REPRESENTANTS DES CONFESSIONS RELIGIEUSES DE LA REGION OUEST DU PAYS.

  • Monsieur le représentant du Maire de la Ville de BUJUMBURA,
  • Mesdames Messieurs les Présidents des Conseils Communaux des communes de la Région de l’Ouest,
  • Mesdames Messieurs les Administrateurs Communaux des Provinces BUBANZA, BUJUMBURA, CIBITOKE et BUJUMBURA MAIRIE,
  • Mesdames Messieurs les Représentants des Confessions Religieuses,
  • Mesdames Messieurs les Cadres du Ministère de la Jeunesse, des Postes et des Technologies de l’Information,
  • Mesdames Messieurs les Journalistes,
  • Chers Jeunes,

1. Remercions d’abord Dieu le Tout Puissant pour tous ses bienfaits et pour nous avoir protégés jusqu’ici au Cristal Palace où nous allons passer deux jours d’échanges pour la cause des jeunes.

2. Au nom du Ministère de la Jeunesse, des Postes et des Technologies de l’Information et en mon nom propre, j’ai l’honneur de vous accueillir dans cette salle de Crystal Palace, et vous souhaiter en même temps la bienvenue aux présents travaux de poursuivre la vulgarisation de la politique nationale de la jeunesse. La politique Nationale est votre politique puisque vous êtes tous concernés dans sa mise en œuvre.

3. Au Burundi, la jeunesse constitue la plus grande tranche de la population. Selon le recensement de 2008, 66% de la population burundaise avait moins de 25 ans. Vous comprenez avec moi que cette population jeune demande un encadrement spécial et implique des besoins considérables dans les secteurs de l’éducation, de la santé, de l’emploi, et de la protection sociale.

4. Une analyse faite en 2011 dans le cadre de l’élaboration de la Vision « Burundi 2025 » a montré que la jeunesse est majoritairement rurale (90%) et qu’elle constitue une force potentielle pour le développement agricole si des programmes de formation sont réalisés en sa faveur. Malheureusement, elle se retrouve désœuvrée, sans emploi et sujette à la délinquance et à l’exode rural, ce qui risque de faire d’elle une source d’insécurité et d’instabilité publiques, plutôt qu’une force de développement.

5. En plus de leur poids démographique, les jeunes vivent des situations spécifiques qui limitent leur épanouissement social et économique, et qui sont aussi potentiellement génératrices de conflits, si des politiques adéquates ne sont pas mises en œuvre pour les résoudre. C’est pourquoi d’ailleurs on vous a invités pour vous lancer un clin d’œil afin d’exploiter positivement pour bien encadrer les jeunes.

Mesdames Messieurs,

6. Au regard de cette situation, le Gouvernement du Burundi a dû mettre en place une Politique Nationale de la Jeunesse, afin de lui permettre et à ses partenaires d’identifier les défis les plus importants et de définir les actions prioritaires pour les relever. Il s’agit par ailleurs d’une recommandation de la Charte Africaine de la Jeunesse en son article 12 stipulant que « Tout Etat partie met en œuvre une politique nationale globale et cohérente de la jeunesse :

a) Cette politique doit être de nature intersectorielle en raison de l’interrelation qui existe entre les défis auxquels les jeunes se trouvent confrontés.
b) L’élaboration de la Politique Nationale pour la Jeunesse devra se fonder sur une consultation massive des jeunes et devra prévoir la participation active de ces derniers à tous les niveaux de prise de décision et de gouvernance aux sujets concernant la jeunesse et la société en général »

  • Mesdames Messieurs les Présidents des Conseils Communaux,
  • Mesdames Messieurs les Administrateurs Communaux
  • Mesdames Messieurs les Représentant les Confessions Religieuses

Chers Jeunes,

7. Un diagnostic de la situation des jeunes a déjà été réalisé, et les données collectées ont été utilisées pour la confection de la présente politique. De fait, la présente politique a tenu compte des résultats des consultations régionales organisées dans le cadre des préparatifs de cette Politique.

8. Vous vous souviendrez que des rencontres ont eu lieu successivement à NGOZI, du 19 au 20 mars 2012 ; à Gitega, du 21 au 22 mars 2012 ; à Rutana, du 26 au 27 mars 2012 et à Bujumbura du 29-30 mars 2012. Ce n’est qu’en date du 23/6/2017, c’est-à-dire 5 ans après, que ce document a été validé.

9. En effet, ce document de politique nationale des jeunes comprend les éléments suivants : un état des lieux sur la situation des jeunes au Burundi, les fondements de la Politique, les objectifs et les axes stratégiques, les principes et les mécanismes de mise en œuvre, et enfin, les hypothèses de risque.

10. Nous nous félicitons de l’élaboration de ce document qui, sans doute, permettra au Gouvernement du Burundi de conduire une synergie des actions de tous les acteurs publics et privés qui œuvrent pour le bien-être et le développement de la jeunesse. Il convient de relever ici qu’en matière de politiques en faveur des jeunes, le Gouvernement a à son actif des réalisations qui pourraient servir de relais pour la mise en œuvre de cette politique nationale des jeunes. Il s’agit notamment : de la mise en place d’un Conseil National de la Jeunesse et la création des Centres pour Jeunes implantés à travers le pays depuis 2004, du soutien de l’administration et de l’appui du Gouvernement à la mise en place des associations de jeunes d’envergure nationale, et bientôt la mise en place de la Banque des Jeunes.

11. Le lancement officiel de la vulgarisation de la Politique Nationale de la Jeunesse a eu lieu à NGOZI du 30 Novembre au 01 Décembre 2017, en présence de tous les Gouverneurs des provinces de notre pays, et les représentants des Ministères et Institutions partenaires.

12. Aujourd’hui, c’est votre tour Mesdames, Messieurs les Présidents des conseils communaux, Mesdames, Messieurs les Administrateurs communaux, Mesdames, Messieurs les Représentants des confessions Religieuses, les jeunes représentants les comités de gestion des centres pour Jeunes de vous approprier ce document d’importance capitale. Je vous invite à suivre avec intérêt les exposés qui vous seront présentés, et donner vos contributions en poursuivant les activités de vulgarisation de la Politique Nationale de la Jeunesse.

13. Nous exhortons à tout un chacun à s’approprier le contenu de la politique nationale de jeunesse et surtout à participer activement à sa mise en œuvre pour que ce document soit un réel tremplin pour un développement effectif et un avenir radieux des jeunes burundais.

14. Avant de clore mon propos, nous lançons un appel à tous les jeunes en vacances à aider leurs parents dans tous les travaux ménagers ou champêtres, et surtout de s’adonner aux travaux de développement communautaires, des séances d’éducation civiques, etc., qui seront organisés au cours de ces vacances d’été.

Vive le Burundi ;

Vive la Jeunesse Burundaise ;

Je vous remercie.

Retour
Discours: President et autres

Discours de S.E.M l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent du Burundi auprès des Nations Unies lors de la présentation du rapport A/HRC/39/63 de la Commission d’enquête sur la situation des droits de l’homme au Burundi devant la 3ème Commission de l’AG,

Burundi en Bref
Videotheque
Liens Utiles(autres sites)

www.burundi.gov.bi
www.presidence.gov.bi
www.vicepresidence2.gov.bi
www.senate.bi
www.assamblee.bi
www.arb.bi

© Copyright Republique du Burunndi. Tous droits reserves